Pourquoi GoodCare? De l’éthique du « care » au « ker ».

« Pourquoi GoodCare ? »

La question de l’origine du nom de GoodCare m’a été posée à de multiples reprises , et c’est en effet une excellente question.

Pour y répondre, plusieurs éléments :

Au départ de cette aventure, je ne souhaitais pourtant pas utiliser un terme anglais, et j’ai cherché un nom qui soit parlant, représentatif de mes missions à venir, ce qui n’est pas évident pour une activité si peu connue en France, appelée outre-Manche le Care Management. Il fallait en outre que le nom de domaine sur internet ne soit pas déjà réservé….Bref, une recherche complexe!

Le « Care »…

Alors j’ai retenu la notion de « Care« , si chère à mon expérience infirmière, qui n’a pas d’équivalent en français, et correspond à ma vision de l’accompagnement et de la coordination. C’est le « prendre soin », dans son entièreté : Le souci de l’autre, prendre soin au sens large, avec sollicitude et attention portée à l’autre, incluant éthique et proximité.

« Le Care renvoie à une réalité ordinaire : le fait que des gens s’occupent d’autres gens, s’en soucient et veillent ainsi au fonctionnement ordinaire du monde »

Mais attention, le « prendre soin » n’est pas prendre soin d’une « personne-objet de soins ou d’attention», il ne signifie pas materner, non, c’est partir des capacités de la personne et chercher à solliciter sa participation, son choix et son action. C’est permettre à la personne de rester elle-même quels que soit son âge ou ses limitations fonctionnelles, et soutenir son autonomie souveraine, son pouvoir d’agir en toute indépendance.

Le terme Care me séduisait donc forcément, toutefois…

Et le « Ker »!

Non satisfaite de l’anglicisme, ce sont mes origines bretonnes qui m’ont finalement persuadée de sa justesse ! —- Le « Ker » en Breton n’est autre que la maison. Il n’est pas seulement la maison au sens du bâti (qui est plutôt le « Ty ») – 4 murs et un toit- mais le foyer, tout simplement le lieu où il y a de la vie, un lieu habité. (Comme nos voisins anglais qui font la différence entre « house » et « home » en fait !)

Quoi de mieux quand on souhaite soutenir la vie à domicile des personnes en perte d’autonomie ?

 Du Ker au Care, il n’y avait qu’un pas, et surtout beaucoup de sens.

Il ne me restait plus qu’à y associer un autre mot: « Good » est venu naturellement s’y accoler, car quelle est la raison d’être principale de l’accompagnement du care manager, sinon de trouver le bon soin, le bon interlocuteur, réaliser la bonne démarche, solliciter le bon dispositif au bon moment pour la personne et son entourage?…

Voilà comment GoodCare fût baptisé !

Solène Blons, fondatrice de GoodCare

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.